Des sacs pour changer nos (mauvaises) habitudes

Hello!

ça fait longtemps, non? Vous allez bien? Qu’avez-vous fait ces dernières semaines (oui, je sais, ça fait plutôt des mois que je n’ai pas donné de nouvelles, je suis un tout tout tout petit peu de mauvaise foi).

Bon, moi, je vous raconte. Ces mois, j’ai beaucoup voyagé. J’ai vu un tas de trucs incroyables. En fait, j’ai fait un projet dans le cadre de mon travail sur le journalisme environnemental. A la Nouvelle-Orléans. Une expérience fascinante. Et si vous ne connaissez pas cette ville, foncez-y (c’est limite un ordre).

Les journées peuvent ressembler à ça...

Les journées peuvent ressembler à ça…

Et les soirées de la Nouvelle-Orléans à ça...

Et les soirées de la Nouvelle-Orléans à ça…

Cette région a vécu des choses difficiles lors des dix dernières années. Et se trouve face à des défis énormes à venir. J’ai rencontré des hommes et des femmes incroyables. Qui se battent pour protéger leur ville, leur Etat, leur pays. Certains ont perdus leur maison dans un ouragan, d’autres ont passé des heures à relever les dégâts causés par une marée noire et d’autres encore ont dû quitter leur ville pour toujours à cause de l’érosion ou d’un trou béant qui a apparu dans leur jardin du jour au lendemain.

Et même s’ils traversent des moments difficiles, ils s’engagent. Pour l’environnement, pour leur communauté (ils n’ont que ce mot à la bouche, là-bas).

Enfin bref. Ce séjour m’a fait réfléchir. Enormément. Je me suis dit qu’ils avaient raison. Moi aussi, je veux m’engager. Et, courant 2015, je partagerai avec vous mes projets, mes résolutions (pas fan de ce mot, mais je ne trouve rien d’autre), mes erreurs, mes prises de tête et mes joies pour aller dans cette direction. Mais pas question d’être moralisatrice. Le but, c’est de rester légère et créative.

Je veux réduire mes déchets, consommer plus juste, aller à l’essentiel. Faire des choses plutôt que de les accumuler.

Et mon premier pas est de me débarrasser complètement des sacs plastiques. Pour moi, ils ne servent à rien. Ils ont une durée de vie d’environ 5 minutes (entre le magasin et la maison) et sont, de surcroît, assez vilains. Ils finissent à la poubelle, ne se dégradent jamais et utilisent inutilement les ressources de la planète (je vous ai collé une infographie en bas du post, si ça vous intéresse. Bon, c’est en anglais, mais si vous me demandez gentiment, je vous explique).

Du coup, je me balade partout avec mon petit cabas en tissu réutilisable que je glisse dans mon sac à main. Et j’ai confectionné des modèles plus petits en tissu pour rideau, afin d’acheter (et garder au frais) fruits et légumes. Moi j’adore.

Mais j’aimerais que vous aussi vous franchissiez le pas. Mais je veux que ce soit une démarche sympa, qu’on fasse ensemble. Et c’est pourquoi j’ai ressorti ma vieille et bruyante (mais fidèle) machine à coudre.

coucou, les sacs cousus main!

coucou, les sacs cousus main!

Je vous propose donc la chose suivante: je m’engage à confectionner gratuitement à chaque personne qui m’en fait la demande un cabas en tissu Esperluette avec des tissus sympas. Le format est environ du A3. Il suffit amplement pour faire des courses (de base, hein, pas pour une famille nombreuse), transporter son pique-nique au bureau, des documents, etc. Ah et les cabas auront évidemment des poignées  pour pouvoir être portés à l’épaule (ils ne sont pas finis sur la photo!)

En échange de ce (magnifique, génial, incroyable, amaaaaazing) cadeau, vous vous engagez aussi. A laisser tomber les sacs en plastique à usage unique. Ou du moins d’essayer. Et pour cela, vous devrez m’envoyer une photo de vous (si vous voulez rester anonyme et ne pas montrer votre tête, ça me convient très bien) avec votre sac. En magasin, dans la rue, dans le bus, en week-end à Barcelone, chez vous, au bureau, à l’école. Bref, qu’on crée une « communauté » avec ces sacs Esperluette.

Motif têtes de mort ou tissu wax à l'africaine, avec le détail de l'étiquette Esperluette

Motif têtes de mort ou tissu wax à l’africaine, avec le détail de l’étiquette Esperluette

Vous en dites quoi? Vous me suivez ou vous me jetez des cailloux? (pas trop fort quand même, les cailloux)

En tout cas, moi, je suis ultra-super motivée et j’ai déjà commencé à faire trois sacs. Mais j’espère que d’autres personnes suivront cette idée un peu folle et que ma machine à coudre va surchauffer ces prochaines semaines.

Manifestez-vous en commentaires, si ça vous dit. Je suis curieuse d’avoir votre feed-back.

P.S: Seule condition à cette offre: que je puisse remettre les sacs en main propres, à Lausanne et environ (ou à la limite à Genève). Je ne vais pas pouvoir envoyer les sacs par la Poste. J’espère que vous me comprendrez…

L’infographie promise:

plastic-final

14 réflexions au sujet de « Des sacs pour changer nos (mauvaises) habitudes »

  1. Yeeees! je suis anti plastique! Si tu voyais le nombre d’étiquettes collées sur mes légumes au supermarché! Et de répondre toujours à la pharmacie: non non pas de sacs (et vraiment, à moins d’acheter du sirop pour la toux pour douze mois, je ne vois pas qui a besoin de sacs en plastique!). En revanche je trouve extra ceux qui (comme la Migros) proposent des sacs à compost (du coup ils ont leur utilité à la maison)! Tout ça pour dire que je veux ton sac avec les têtes de mort!!!
    St

    • Stephanie, comment fais-tu pour éviter les sacs plastiques des fruits et légumes au supermarché ? Tu pèses chaque carotte séparément? J’ai opté depuis bien longtemps pour le sac en tissu et panier mais j’aimerais aussi me débarasser de ces fichus sacs plastiques. Merci!

      • Hello Isa, Hello Steph!
        Alors les sacs compostables distribués à Migros Vaud c’est top,même si certains estiment que le maïs est une des cultures les plus polluantes (mais ne rentrons pas non plus dans les détails)
        Je suis curieuse d’entendre comment fait Steph pour plus qu’un légume à la fois. Moi j’avais une technique où je mettais mes légumes dans le même petit sachet (je pèse trois carottes, je les mets dans le sachet et je colle l’étiquette, je pèse 2 tomates, je les met dans le même sac et je colle aussi l’étiquette dessus, etc) Les caissières n’aiment pas toujours car elles doivent dégainer leur pistolet à code barre, mais rien ne l’interdit.
        Mais depuis quelques semaine j’ai confectionné des petits sacs en reste de tissus rideaux/voilage que j’emmène au magasin/marché pour mes légumes. Ils ne pèsent pas grand chose, sont lavables, réutilisables 1 million de fois et gardent les fruits/légumes frais. J’ai pris des photos, je peux vous montrer si ça vous intéresse.

  2. Trop bonne idee! Je suis totalement pour (et contre tous ces sachets, grrr)! Et si c’est pour avoir, qui plus est, un joli sac a course, je dis oui oui oui 😀

  3. Ping : Wouahhh!!!! | Esperluette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s